Hommage


Hommage à Raymond Laurent

La voix de la perle des Antilles

Par Marine St-Victor, Stratège en communication

La radio est mon média préféré. Moi, aficionado de télévision… à la radio, on retrouve une intimité facilement perdue à la télévision.

Mais l’image marque différemment que la voix et il n’y a donc pas de comparaison à faire entre les deux.

Pour les exilés, les immigrés, les déracinés, la radio communautaire demeure le cordon ombilical à la mère nouvelle du pays : celles qui souvent expliquent pourquoi ils sont ici et pas là-bas. Celle qui rappellent pourquoi ils sont ici et pas là-bas. Celles qui rappellent pourquoi malgré tout, ils l’aimeront toujours.

Pour les gens d’origine haïtienne, cette essentielle connexion est assurée par Raymond Laurent, à Montréal. En novembre, cela fera 30 ans que l’homme à l’inimitable voix au micro de CKUT, la radio de l’université de McGill, tous les samedis.

L’émission Samedi Midi Inter est incontournable. L’ancien premier ministre Paul Martin le sait. Aux débuts des années 200, il est passé au micro de Raymond. Tout comme pratiquement tous les politiciens depuis, de divers ordres gouvernementaux, en campagne dans les arrondissements à l’importante concentration de citoyen d’origine haïtienne.

Les interviews faites en duplex, avec de intervenants en Haïti, font aussi partie de manifeste de l’émission de Raymond Laurent. Les ministres, les présidents et les représentants diplomatiques savent que pour passer un message à la diaspora, l’émission de Raymond est un must.

Raymond Laurent donne une plateforme non seulement aux politiciens, mais aussi aux activistes, aux artistes, aux promoteurs, aux entrepreneurs et à au moins une attachée de presse. Et ce, en français et en créole.

À l’occasion, l’animateur se rend en Haïti pour diffuser en direct de ce qui demeure la perle des Antilles. Il s’y est notamment rendu peu après le tremblement de terre de 2011. Une source de chez, ici, qui savait nous donner certaines recommandations, trop peu entendues ailleurs. Deux exemples : « attendez avant d’envoyer des conteneurs « et « ce ne sont pas toutes les ONG qui sont conformes«.

Un leader important

Raymond Laurent est aussi un leader de cette diaspora haïtienne qui est maintenant indissociable de la société québécoise. En 2013, tout juste après la tragédie de Lac-Mégantic, il a orchestré une importante collecte de fond pour les habitants affectés, rappelant que deux ans plus tôt, les Québécois l’avaient fait pour Haïti, généreusement et sans hésitation.

Et en cette ère où on consomme souvent les médias en rattrapage sur le web, l’émission de Raymond Laurent se démarque, puisqu’à part la diffusion en direct sur l’interne, ses archives sont presque inexistantes. Ce que Raymond Laurent crée est inéluctable rendez-vous, le samedi de 10h30 à 14h « Restez branchés «, comme il dit.

Est-ce que Raymond Laurent pourrait avoir un micro à la radio commerciale ? Évidement. Est-ce là qu’on a besoin de lui? Pas vraiment. Son rôle dépasse celui d’animateur. Il agit aussi à titre de médiateur et d’arbitre, lorsqu’il ouvre les lignes aux auditeurs, et d’éditorialiste en chef, lorsqu’il explique aux auditeurs certains défis complexes de la politique haïtienne. Mais la politique haïtienne ne détient pas le monopole de l’enchevêtrement.

L’année dernière, lorsque des centaines d’Haïtiens traversaient nos frontières à pied, à la recherche d’une nouvelle vie et guidés par un seul tweet, Raymond Laurent a joué un rôle primordial : celui d’expliquer la réalité moins romantique que celle imaginée par ces braves migrants. Chose qu’il a faite avec fermeté et sensibilité.

Et tout comme ses confrères et consœurs des autres médias, impossible de savoir de quel côté politique Raymond Laurent penche, même si dans son CV, on notera une brève tentative de saut en politique sous la bannière du NPD, à une époque pré-laytonienne.

Rigueur et loyauté

Raymond Laurent doit sa longévité à sa rigueur et à la loyauté de ses auditeurs. Nous sommes plusieurs.

En 2011, la Ville de Montréal estimait que 111 000 de ses habitants étaient d’origine haïtienne. Et chaque Montréalais, toutes origines confondus, a une connexion haïtienne : un collègue, une amis, le professeur du petit, le médecin de maman, l’infirmière de grand-père, la chanteuse de son groupe préféré, l’auteur dont on ne peut se passer, le député de la circonscription. Cette liaison forte, cette molécule essentielle de l’ADN de la ville fait de Raymond Laurent l’animateur indispensable de non seulement une communauté, mais aussi de toute la métropole dont elle fait partie.

Bonne continuation, M. Laurent, et merci !

Ce texte provient de la presse +, Édition de 21 octobre 2018, section débats, écran 6

La Presse – Lire l’intégralité de l’article

Hommage et reconnaissances à un journaliste de combat

Pour l’ensemble de son œuvre, Raymond Laurent est honoré moult fois par les pairs et la communauté. Ainsi, au cours des deux dernières décennies, lui ont été rendues les distinctions suivantes.

  • Hommage et Mérite de la fondation Augustin Bruneau, pour son apport remarquable au développement culturel et des services communautaires à Montréal (2004).
  • Lauréat de la Table ronde du mois de l’histoire des noirs (2004).
  • Hommage du Service de police de Montréal (2007).
  • Hommage et Reconnaissance de la ville de Montréal pour la contribution de Samedi Midi Inter à la diversité culturelle et à l’intégration des nouveaux arrivants (2008).
  • Certificat de reconnaissance de l’Assemblée de Nationale du Québec pour son implication communautaire (2009).
  • Hommage et Mérite de Carrefour d’entraide et des retrouvailles de Cap Haïtien- CENTRECH (2009).
  • Hommage et reconnaissance de maire de l’arrondissement de Montréal-Nord et des membres de Conseil d’arrondissement pour sa contribution à la vie communautaire et démocratique (2013).
  • Récipiendaire du prix bénévole de l’année de l’Association nationale des radios communautaires et étudiants du Canada (Winnipeg Manitoba (2012-2013).
  • Honneur et mérite du Consulat général d’Haïti à Montréal pour son leadership et son rayonnement d’Haïti à l’étranger (2014).
  • Récipiendaire du prix Mathieu Da Costa de la ligue des Noirs du Québec, pour son engagement social et sa contribution exceptionnelle à l’amélioration de la vie démocratique par l’information et l’éducation (2016).
  • Mention à l’Assemblée nationale du Québec, du député de Viau et Ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques, M David Heurtel, en guise de félicitation pour son implication et son dévouement envers la société (2016).
  • Nomination au grade de Personnalité de la diversité de l’Année 2016 par l’Agence de presse Médiamosaïque (2017).

Sources des textes : L’exceptionnel parcours d’un homme engagé et hommages et reconnaissances à un journaliste de combat : Joseph Jean-Gilles

 

_______________________________________________________________________

Raymond Laurent, l’animateur et fondateur, avec sa voix imposante, a eu entre autres à son micro des politiciens de divers paliers de gouvernement et des oppositions.

 

________________________________________________________________________

Raymond Laurent, la voix d’Haïti à Montréal

Interview Radio Canada

Médium large
Catherine Perrin

Publié le jeudi 1 novembre 2018

« Je peux me considérer comme un journaliste combattant. Je prends parti pour les plus démunis de la société; je ne le cache pas. » Depuis 30 ans, l’animateur de Samedi midi inter à CKUT parle à la diaspora haïtienne de Montréal et d’ailleurs. Il a reçu à son micro Justin Trudeau, Paul Martin, Jean Charest et nombre d’autres personnalités politiques, sociales et culturelles. Raymond Laurent parle à Catherine Perrin de la nécessité d’exposer les problèmes de corruption en Haïti.

Écouter l’intégralité de l’interview  16min 25 sec

Source: Information